fiche métier salaire et compétence

Growth Hacker : fiche métier, salaire et compétence

Qu’est-ce qu’un Growth Hacker ? 

Le Growth Hacker a pour but de stimuler la croissance d’une entreprise de façon économique et avec des délais réduits. Il peut exercer sa mission de façon ponctuelle, en one shot, pour donner un coup de boost à une entreprise, ou peut occuper un poste à part entière au sein d’une société. 

Le terme “growth-hacking” est relativement nouveau, pourtant toutes les techniques utilisées existent depuis les débuts du marketing. En fait, ce sont plutôt la maîtrise intelligente de ces outils couplée à une stratégie de croissance rapide qui va définir le growth-hacking.

Le mot “growth” veut dire “croissance”, et “hacker” peut dans ce cas signifier “pirate”. Le Growth Hacker utilise donc des techniques peu communes du webmarketing, parfois très borderline, à des fins de croissance en un temps record. C’est pourquoi il travaille généralement seul ou avec une petite équipe dédiée lorsque les projets sont étendus à d’autres secteurs de l’entreprise comme les développeurs, les analystes, les créateurs de contenu…

À lire : Growth hacking : 4 techniques redoutables en 2021

 

Quelles sont les missions d’un Growth Hacker ? 

Le Growth Hacker a pour principal objectif d’augmenter le nombre d’utilisateurs d’un produit / service en utilisant le moins de ressources financières possible. 

D’ailleurs, ses missions peuvent se décliner sous l’anagramme anglaise AARRR :

  • Acquisition : attirer des clients vers le produit / service
  • Activation : transformer ces clients en utilisateurs
  • Rétention : fidéliser les utilisateurs sur le long terme
  • Referral : activer le bouche-à-oreille entre les utilisateurs
  • Revenu : croissance financière de l’entreprise

Il a donc tout un panel d’actions possibles, tant que cela sert ses objectifs : 

  • Améliorer  ou mettre en place le référencement naturel ; 
  • Utiliser les réseaux sociaux de l’entreprise ; 
  • Faire des campagnes publicitaires ; 
  • Envoyer de l’emailing, du smsing ;
  • Faire de l’A/B testing sur les produits / services ;
  • Améliorer l’UI/UX du site internet, souvent e-commerce ; 
  • Utiliser ses compétences commerciales et de négociation ; 
  • Analyser la data obtenue avant et grâce à ses actions; 
  • Et bien plus encore !

 

Quelle formation pour devenir Growth Hacker ? 

Le métier de Growth Hacker étant un mashup de diverses techniques marketing couplées à un état d’esprit stratège et ambitieux, il ne possède pas encore de formation diplômante visant à bénéficier du titre de Growth Hacker. 

Vous l’aurez compris, l’essentiel pour exercer le growth-hacking est de rassembler toutes les compétences techniques marketing utiles pour générer des revenus facilement et rapidement. 

Pour cela, il est possible de se diriger vers une formation de Bac +3 à Bac +5 en marketing digital, en stratégie digitale ou encore en chef de projet marketing. 

À lire : Business Developer : fiche métier, salaire et compétences

 

Quelles sont les compétences et qualités requises pour un bon Growth Hacker ? 

Le growth-hacking nécessite de nombreuses compétences issues essentiellement du webmarketing et un état d’esprit polyvalent : 

  • Être autodidacte et rester informé des dernières innovations ;
  • Avoir un esprit entrepreneurial ;
  • Être un vrai couteau suisse du webmarketing ;
  • Savoir manager des équipes ;
  • Avoir des compétences en programmation et en référencement naturel ;
  • Connaître précisément les outils et actions de son écosystème ;
  • Avoir un esprit critique et d’analyse pour les tests ;
  • Posséder une grande connaissance des tendances web ;
  • Développer un esprit créatif et artistique pour l’UI/l’UX et la rédaction.

 

Quel est le salaire d’un Growth Hacker et quelles sont ses perspectives d’évolution ? 

La rémunération du Growth Hacker est estimée entre 35 000 € pour une junior et 65 000 € bruts par an pour un expert/senior en fonction :

  • de son diplôme ;
  • du nombre d’années d’expérience ;
  • de son type de contrat (indépendant, CDD, CDI…) ;
  • de la taille de l’entreprise pour laquelle il travaille ;
  • de son lieu d’exercice. 

Si le Growth Hacker souhaite évoluer, il peut se tourner vers un poste de Responsable acquisition, chargé de la coordination des différents canaux online et offline d’un site internet; ou encore vers le métier de Responsable expérience client qui a pour objectif d’optimiser l’ergonomie d’un site web pour que les utilisateurs deviennent des leads qualifiés.